Viola Hrubin – Pupek (carnet n°3) – L’étude

20180306_185149

Deux heures vont passer, dans l’étude. Je n’y fais rien de bon :

Mon intelligence est un tremblement de papier.

Je chevauche deux plaines simultanées. Mes
cheveux sont tressés d’étonnements. Mes
cheveux cachent un estuaire poissonneux
bordé de hautes façades brunes. Mes
seins gonflent de paroles savantes
qui ne seront plus jamais – plus
jamais des prières.

Et tout cela.

Loin des silos de Litoměřice
qui vomissent Matěj qui
s’éloigna d’un pas
quand Viola Hrubin voulut lui dire
le nom d’un nœud de pêche. Elle
qui savait se tenir droite
comme un fil de plomb.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s