L’avion

P1020052

La pliure – imparfaite – fait que l’avion s’écrase. Et la bouche mouille la pointe du papier. Et ça ne change rien. Et l’index et le pousse caressent les ailes dix fois, dix fois encore et le bras tombe – comme ça – mais ça ne change rien. La feuille A4 repose sur le sol – carcasse ou ruine sur laquelle il ne faut pas marcher. La recherche des survivants commencera demain. Le mauvais temps – la tempête, la neige et la poussière – empêche l’approche par la face nord de ton appartement. Tu es là et tu regardes, depuis la vallée, ton avion se déplier lentement. Tu enrages.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s