Oreste et Pylade

20180718_212849 (2)

Je vais venir après ma mort, me coucher sur toi, me laisser tomber sur toi, flotter sur toi à la manière des branches qui couvrent la rivière quand la tempête est passée. Te hanter mon ami, voilà ce que je vais faire. Je vais mourir en laissant ma poussière recouvrir ton salon, ta cuisine et tes bras. Et toutes les villes où tu iras seront sous une cendre connue où tu me reconnaitras. Et toutes les mers où tu te baigneras tu m’y verras nu, en rêve peut-être, mais véritablement aussi et ta chair tremblera. Je vais venir après ma mort habiter ta vie entière.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s