Le poète et l’historien (Carlyle et Tennyson)

49389998_10213216624636808_2893830800904552448_n (2)

Je ne vais pas croire le vers blanc de l’histoire. Ni même creuser, en tunnelier, dans la matière du temps. Machiavel, seul, poursuit la Fortune blanche dans les rues cholériques de Florence qui s’éteint. Lui seul tient son cheveu, lointain, mèche égarée quelque part. Tu ne me croiras pas. Tu me regarderas et tu liras mes feuilles, peut-être. Tu ne me diras rien. Platon racontera ses histoires de prophète et de hautes pyramides. Les Atlantes patienteront à la porte, face au vide. Tu ne me feras rien. Je ne vais pas chasser les taupes comme mon oncle au jardin. Ni attendre l’évènement qui sort la tête de l’eau.

Cet article a été publié dans Projet. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s