Gracq et le monstre

20190330_143317

Lu quelque pages encore. Impossible de plus pour l’instant. Je me couche et regarde le ciel étoilé qui entre dans la chambre. La lune pose une ombre sur la porte fermée. Le monde peut germer, gonfler comme un monstre qui enfle. Et mes idées sont serrées entre moi et la nuit. Gracq dort contre moi dans un blockhaus trop gris pour appartenir entièrement à la terre.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s