La mezzanine (3)

75388076_10215289602579961_7374388405473378304_o (2)

au-dessus du meuble de la cuisine, entre 13h30 et 13h45, l’inclinaison de la lumière, le rayon qui traverse la rue Desfontaines et mes rideaux se brise, contre les lois de la physique même, sur le dépôt humide et graisseux qui surplombe les plaques chauffantes et dessine, par l’ombre et le reflet, le visage défait d’un condamné à mort

est-il condamné encore je ne peux pas le savoir, c’est que je lisais Genet ce jour-là sur le lit et tu n’étais pas là et la forme avait soudain le visage d’un cri, je l’associais à toi

une nuit, après notre séparation, quelques semaines plus tard, une voiture passe et révèle l’allure nocturne du condamné, fuyant par les fils qui passent d’un trou au-dessus de la porte

ce fut la première et la dernière fois

Cet article a été publié dans Projet. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s