La mezzanine (6)

52126895_10213449838947020_791554561323040768_n (2)

Les premières fois, je comptais à voix haute avant de me lever. Arrivé à trente, par exemple, je pouvais descendre du lit, mais sans passer par l’échelle : il fallait sauter, allumer les plaques, poser la casserole, remonter dans la mezzanine, tout ça d’un seul mouvement. Depuis le lit, j’observais les premières bulles de chaleur se former sur le fond de métal gris de la casserole, remonter peu à peu dans un froufrou liquide et impatient. Je comptais de nouveau, mais je n’y croyais plus. Le miracle de mes mouvements s’était éteint d’un coup.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s