Archives de l’auteur : Aomphalos

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°3) – Miluše

Depuis deux semaines, Miluše. Et Vladim disparu. Miluše, dans l’amphithéâtre A, ne rit pas quand Pr. Musil évoque, pour taquinerie – mais aussi plus que cela – les considérations platoniciennes sur l’amour et les femmes. Elle ne rit pas non … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°3) – Commencer en crachant

Le troisième carnet de Viola Hrubin commence en 1935 et se termine 1939. Contrairement au précédent, ce carnet est un véritable carnet d’écriture. Il s’y trouve des notes éparses, des textes plus complets et aussi quelques réflexions « philosophiques » issues des … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

L’effraction

Matière désertée – devenant soudain le « chez soi » d’un autre. L’autre face, l’autre joue tendue, distendue, caressée quelque fois. Oui, je pèse chacun de mes pas sur le parquet d’un autre, je suis délicat avec ses objets – bibelots, photographies … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Salir

Tu ne peux t’abriter d’une pluie de cadavres sous un parapluie mou. Tu ne peux pas brûler le livre que je te donne en lui léchant les pages. La mer n’est pas un os que tu ronges en grattant sur … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Le confinement – Jour 20

Je crois que mes rêves sont envahis de fougères. Ces mêmes fougères où je grimpais enfant, me suspendant aux feuilles et attendant la chute. Les images, les paroles baignent dans ce lit depuis maintenant vingt jours. La machine des images … Lire la suite

Publié dans Projet, Prose | Laisser un commentaire

Salvio Minotti – L’Anti-Pompe (1968) – Extrait N°1

« Amerotti Greco, propriétaire de la station-service Greco, située à 122 kilomètres au nord de Tarente sur l’autostrade A14 courant de Bologne aux plages méridionales de la péninsule italienne, propriété de la famille Greco depuis trois générations, ne savait plus … Lire la suite

Publié dans Délirium, Prose | Laisser un commentaire

Le confinement – Jour 13 – La disparition de l’évènement

Mon bureau se couvre lentement de livres. Depuis quelques jours, je sens bien que l’exceptionnel laisse place à une situation qui, déjà, pour moi, est devenue normale. La substance de l’évènement est perdue, lentement. Elle se dissout au balcon ou … Lire la suite

Publié dans Essais, Projet, Prose | Laisser un commentaire