Archives de l’auteur : Aomphalos

Aveu #4

A cause du mot « trace » tu sais ta hantise et ta place intacte et inviolée. Enfin – paupière d’enfant brûlé, chaude cloque aveugle qui ne s’ouvrira plus. Si je venais demain évider tes mains de mon désir, viendrais-tu … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Aveu #3

Il existe entre toi et moi un néant que les autres habitent. Murmure répété, fabrique de colliers qu’une autre main brise. De quoi sont fait les corps – je ne le sais jamais et jamais je ne désire une chair … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Aveu #2

car je crains d’être l’enfant qui brise la faïence en voulant faire la vaisselle et jette à la poubelle l’assiette qu’il aimait

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Aveu #1

il existe entre toi et moi un pont que notre chair traverse peut-être un aveu que nos cœurs et nos poumons délaissent en respirant des lignes qui ne sont pas de métro ou de train des signes qui ne sont … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

La patère

Depuis hier, je pense qu’il me faudrait refiler la laine de ce manteau qui pend, depuis un an, à la patère. J’ai, dans la poitrine, une étoffe qui résiste à la pluie et au froid et où tu es logée. … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Attendre la pluie

Qu’est-ce que tu attends ? Que s’arrête la pluie ? Pour toi, est disponible partout une sorte d’éternité – et tu ne peux tondre les cheveux d’occasion. La silhouette avance, passe devant toi et tu regardes le sol sombre et graniteux ; pour … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Bulletin météorologique #1

11° – Précipitation : 0% – Vent 13 km/h – Humidité : 86% Les dix mètres qui séparaient l’extrémité nord de l’appartement de son extrémité sud étaient calmes. La marée des objets était à l’étale : ni vaguelettes, ni sable … Lire la suite

Publié dans Projet, Prose | Laisser un commentaire