Archives de l’auteur : Aomphalos

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – La jade

Déjà, quand je me tourne, je ne vois plus personne. Une foule me suivait et il n’en reste rien. Le peuple de mon corps s’est lentement appauvrit Et si je peux sourire, c’est d’une joie sans bruit, Contenue dans une … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Ton corps #4

De toi, je ne connais qu’un versant. Tu te dénudes de l’autre côté des portes. J’entends l’étoffe glisser sur ta peau cousue de vêtements. Chair de coton plissé. J’écoute glisser un à un les fils blancs. Comme averse sur une … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – L’église

Je ne sais pas me tenir dans l’église. Je retiens un fou rire. Les vieux et les vieilles sentent la poussière et la chair abîmée. Je ne veux pas dire à ma mère que je ne sens jamais Dieu en … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Bibliothèque #8 – Lovecraft et l’est

Tendant mon cou vers l’est. Je traverse les plaines et les vallons de l’est. L’humeur bleue est partout, crème nuiteuse qui mouille les champs et les bois. Je suis d’ailleurs. L’horizon est couvert de poudre. Je sens la naphtaline et … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – Les chats

Avec les autres, nous allions sur le chemin de fer ramasser du ballast que nous jetions aux chats. Nous ne les tuions pas, mais nous les faisions fuir. Et les chats, bientôt, ne venaient plus. * Et ce soir j’ai … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – L’anniversaire

Demain, dix-huit ans. Je n’ai jamais été une jeune fille. Je ne suis fille de personne. Je ne suis pas née. Je sais seulement très bien mordre la poussière. Et encore la mâcher, et encore faire rouler sous mes dents … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Les Guérillères #1

Danser en frappant la terre, cela non plus, je ne sais pas, ni tourner sur moi-même, comme un fou, ni me tenir droit, ni appliquer précisément la règle arithmétique de mon sexe, le pouvoir accordé dans mes bras. Peut-être que … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire