Archives de l’auteur : Aomphalos

La Meute #1

Chambranle écroulé de la ferme du vieux – vieille et vieux s’éveillent. « On hurle » dit-elle. Le brasero de la cour embrase, lèche, sèche le blé couvert d’épis, épines saillantes, saillies. Le vieux regarde le loup courant du bois … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

La ville brûlée

La ville brûle. Hier, j’allais pour te le dire et soudainement tu as ri. J’ai gardé pour moi ce rire. J’ai gardé pour moi le feu, pour moi les murs. J’ai gardé cette braise confondue au soleil. La ville brûle … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

L’homme sans bagages

comme le monde peut être plié, comme l’on peut être dans sa pliure comme malheur et joie sont proches et comme l’on peut vouloir se sauver et de l’un et de l’autre vivre n’est pas parcourir une étendue ou une … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Carnet d’Allemagne #2

Maintenant l’on repart dans une forêt plus épaisse. Une femme mâche patiemment son pain. Mâcher est un labeur ou une tâche. Je sens la croûte froide. Elle est sur ma place comme l’eau est dans la rade. Le tunnel maintenant. … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Sur un tableau de Matisse

La porte de Collioure est close Le corps mouvant des choses y est noir, y est nu, y est rose Passiflores, vignes vierges, annuelles poussent en haies sur le domaine sous la tutelle du gardien L’après-midi a ce jour-là j’imagine … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Carnet d’Allemagne #1

Kairserlautern Central – la carte est traversée d’une ligne bleue, on est dans l’Allemagne brusquement remué. Camions, toiture, langue qui s’accroche aux sons, qui va dans ses ronces comme un fuyard irait sans penser aux blessures. Le livre est tâché … Lire la suite

Publié dans Poésie | 2 commentaires

Sur le sol

Sur le sol, en rentrant, était une grande tâche de bitume brûlé. Les gens y marchaient, sans y penser : lac ignoré, lave sèche qui n’est plus rien qu’un sol. Sur combien de mers marche-t-on ainsi ? La tâche s’étendait jusqu’au milieu … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire