Archives de catégorie : Délirium

Martin Valard – Ployant (2002)

« Je vais désaffecter la mine où j’habitais longtemps avant de te connaître. Les briques y sont rouges, tu sais, parce qu’elles baignent dans le sang. Oui, tu as raison, le sang n’est pas rouge, mais je pense à son idée. … Lire la suite

Publié dans Délirium | Laisser un commentaire

[Bim Bam Boum]

écrire avec comme contrainte la chanson atroce « Bim Bam Boum » dans les oreilles : { bim bam boum } Autour du feu est une tempête (lucioles auréolées de joie) (braises brassées à main nue) (brumes). « tout le ciel est … Lire la suite

Publié dans Délirium, Poésie | 2 commentaires

Les fleurs

Ne pas connaître le nom des fleurs. Être capable, peut-être, de n’en nommer qu’une ou deux ou trois. Quatre, cinq ou plus et l’automne est un impossible deuil. Dans la cour, fermée par le portail blanc, sera l’assemblée morbide des … Lire la suite

Publié dans Délirium | Laisser un commentaire

Benoît

au début c’était simple, ça l’était, oui, simple et très évident, oui, traiter de l’âme était un créneau libre de droit en quelque sorte, on ouvrait très grandes les portes du n’importe quoi, enfin du n’importe quoi, peut-être, oui, peut-être … Lire la suite

Publié dans Délirium, Prose | Laisser un commentaire

La science du rêve – Lettre 1

A l’attention du Pr. Steinmarch, Université de Concord 5 novembre 1926   Cher professeur, Des évènements récents ont radicalement modifié mon regard sur les études que nous avions menés ensemble, il y a dix ans de cela, à l’Université de … Lire la suite

Publié dans Délirium, Nouvelle, Projet | Laisser un commentaire

(Manifeste) Fantôgraphie n°2 – Martin Tamare

Si nous creusons dans la matière des façades, si nous dépossédons les immeubles de ce qu’ils ont de denses, de lourds, de ce qu’ils ont de présences, alors, en lieu et place des murs, il ne reste que de grandes … Lire la suite

Publié dans Délirium, Projet, Prose | Laisser un commentaire

(Manifeste) Fantôgraphie n°1 – Martin Tamare

« Je cherche une méthode pour écrire les fantômes, les nommer ; un moyen pour donner une forme à leur présence, quelque chose qui aboutisse à un résultat tel que je puisse me dire : « les voilà ». Il y a une certaine forme … Lire la suite

Publié dans Délirium, Projet, Prose | Laisser un commentaire