Archives de catégorie : Poésie

Carnet d’Allemagne #1

Kairserlautern Central – la carte est traversée d’une ligne bleue, on est dans l’Allemagne brusquement remué. Camions, toiture, langue qui s’accroche aux sons, qui va dans ses ronces comme un fuyard irait sans penser aux blessures. Le livre est tâché … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Données incomplètes – Bogotá #1

4° 36′ 36″ n, 74° 04′ 55″ o – 2554 m. – Hôtel de la Ópera – Calle 10 Pas de noms aux rues, seulement chiffres, nombres (Calle 8, 9, 10,11, 12, etc. – Carrera 9, 8, 12, 14, etc.), … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

La veille #12 : Fin

(lecture) 106. Voilà, l’existence passe, brève, longue, les rivières inondent les plaines à la crue puis se retirent et reviennent, paysage nu découvert sur cent générations : l’ancien déluge noyait l’Egypte ancienne, l’ancienne noyade universelle et le sage a parlé, … Lire la suite

Publié dans Poésie | 1 commentaire

La veille #11

99. A la crête de quelle montagne sommes-nous parvenu par le long chemin avalé d’orages ? 100. Gravissant la pente comme des borgnes attirés par le jour. pluie, mousson, ferrailles brisées au sol. 101. Puis demain ou bientôt à peine … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

La veille #10

90. Vie nue, vie brutale, vie sauvage, éveil diminué en nuage, buée à la fenêtre pour l’âge mûr. 91. Repousserons-nous jusqu’à l’extrême limite le désir de respirer encore ? Comme cadavre frappée de la crainte d’être mort ? 92. L’enfant … Lire la suite

Publié dans Poésie | 1 commentaire

La veille #9

81. L’enfant n’est jamais prêt pour son nouveau destin. Puisqu’il a cette crainte d’être laissé fantôme : le rien d’autrefois, il le sait devant lui. 82. L’enfant n’est jamais prêt à sortir de ses draps et sa peau est pour … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

La veille #8

69. Que dira l’enfante à son père disparu ? Des mots lui viendront et seront abolis. De la fenêtre brilleront les ruches, la lune de décembre attendrira le lit, blanc, argent, boue craquelante, suffira-t-elle cette langue qui cliquète et peine … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire