Archives de catégorie : Poésie

Salir

Tu ne peux t’abriter d’une pluie de cadavres sous un parapluie mou. Tu ne peux pas brûler le livre que je te donne en lui léchant les pages. La mer n’est pas un os que tu ronges en grattant sur … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Le confinement – Jour 10 – Le lointain accroché à la porte

le « lointain accroché à la porte » les odeurs de poubelles les déchets qui fermentent, l’érème disposé, pourrissant la rue très passante qui va vers le Prado les arbres et les corbeaux qui fientent sur le sol et les … Lire la suite

Publié dans Poésie, Projet | Laisser un commentaire

Le confinement – Jour 9 – Lente transformation de l’escalier en île

L’impossible frappe à ma porte sous la forme d’une île. Une fois. Deux fois. Trois fois. Baléares ou Marquises habillées pour le bal. Mon heurtoir est tâché d’une trace de son huile. Je n’irai pas ouvrir. Je laisserai au palier … Lire la suite

Publié dans Poésie, Projet | Laisser un commentaire

Confinement – Jour 2

Confinement – Jour 2 La terre de notre balcon (lavé à grande eau) a (littéralement) ruiné la voiture des voisins du dessous – elle est pleine de poudre, de poussière, d’eau souillée. Les voisins ne disent rien puisqu’ils se confinent. … Lire la suite

Publié dans Poésie, Projet | Laisser un commentaire

Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – La boîte

Je me suis repliée dans une petite boîte, préalablement vidée et où j’ai fait des trous d’où je vois la lumière, d’où je respire aussi. Je me range discrètement sur la dernière étagère de la cuisine et j’entends tinter les … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Érème #4

Tenu trente ans jusqu’ici sans effort avec paresse en me laissant couler dans le lit initial où je fus balancé avec ménagement Vivant dans une ville que je hais émoussant un couteau détenu malgré moi travaillant quelque fois à des … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Érème #3

Pour toujours savoir l’extraordinaire au bout de mon bras blanc tendu comme une lance pour une cible qui ne s’atteint jamais. Être entièrement changé. Mon enquête crépusculaire n’est pas même commencée que je veux déjà être « entièrement changé ».

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire